Vraiment pas dans la liste

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives

D'ou me vient ce silence

Qui humecte la présence

D'une anguille camouflée

Pas une brise n'a soufflé

 

Le ciel fait grève d'étoiles

Et s'est couvert d'un voile

Epais aux couleurs sombres

Pour cacher la pénombre

 

La pénombre qui pourrait

Livrer de la forêt

Les secrets inaudibles

Pour éviter l'horrible

 

Malgré moi je frémis

De quel trou un zombi

Va sortir pour montrer

Ses iris démesurés

 

Je crains haut ce silence

Bavard au goût de rance

Qui me parle de loup-garou

De sarclage à la houe

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives

Je vois sous la surface

De ces mers sombres et froides,

Au lointain tachetées de glace,

Comme derrière le rideau

Où passent les mains

Du Magicien d’Eau,

D’étranges sphères de verre

Où palpitent encore

De fragiles fleurs de chair

Arrachées à ces corps,

Ces six milliards de corps

Qui peuplent les terres ;

De fragiles fleurs de chair

Qui frissonnent encore

Au moindre contact,

Même à celui de l’Air

Qui parcourt les pores

Et qui emmène au loin,

Dans de petites spores,

Les plus grands espoirs ;

De fragiles fleurs de chair

Qui résistent encore

Aux plus violents éclairs

Qui tombent comme la Mort

Et qui déchirent les mers

En de grands cris froids

Et de grandes vagues sonores.

Il y a… comme une odeur de fin ;

La Mort a mis

Son plus beau parfum.

Pourtant les spores

Volent encore…

Au loin.

Elles peuvent atteindre, peut-être,

Une terre inconnue

Où pourront alors renaître

Tous nos enfants déchus,

Sans religions, sans prêtres ;

Le Corps et l’Esprit nus.

Je peux y croire, peut-être…

Tout n’est pas perdu.

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives

On ne sait jamais ou ça commence
Mais souvent comment ça se termine
Tu es belle, belle, trop en apparence
Le voile physique cache ta grise mine

Tu es forte, intelligente et en avance
Tu es la fierté d'un père qui t'admire trop
Lui il pousse et toi tu gardes le silence
Et toi tu sors de ton enfance... trop tôt.

Ton talent a fait de toi une championne
Nombreux sont les trophées, fierté de ton père
Ton amour pour lui, pèse bien des tonnes
tu continue de gagner uniquement pour lui plaire

Nelly, belle et surdouée pour tout et tant
Tes yeux n'ont jamais pu cacher ta tristesse
Et tu t'es oubliée en lui, très, très lentement
Jusqu'à ce que toutes envies... disparaissent.

Courir, c'est ce qu'il te reste. courir encore.
Manger peu, ou alors juste un tout, tout petit peu
Pour pouvoir courir, courir... courir encore
Avec ton corps qui disparaît du décor, peu a peu

Il voulait que tu cours et cours, encore et toujours
Il voulait que tu sois forte, que tu sois la meilleure!
Victoires aveugles d'un père trop fier qui se gourre
Avec toi qui disparaît sous le régime des heures.

Et quand il se réveillera de son rêve trop égoïste
Il sera déjà beaucoup trop tard, et dire qu'il est docteur!
Et tu dressera devant lui ton corps comme une liste
De factures-fractures, lourdes du prix de ses erreurs.

Aujourd'hui tu cours, tu cours devant lui et en silence
Plus un mot pour lui qui te regarde, en impuissant
Tente cinq kilos qui courent, trente cinq kilos de sentence
Toi aussi tu ne sais que trop : le silence est puissant

Disparue de sa vie et si maigre dans nos paysages
Des kilomètres de mal être, dans des courses-refuge
Cours Nelly cours, sur les chemins de son carnage
Il n'est pour lui plus de rédemption, ni plan de subterfuge.

Ton sourire nous murmure enfin aujourd'hui
Que tu sais a présent a qui appartient la faute.
Trente huit kilos qui courent, toujours en vie
Devant un père pour qui la chute restera haute

Pourquoi toi, a travers son trop de rêves acquis,
As tu été touchée du doigt par cette maladie
Dans son souvenir, tu cours... cours encore Nelly!
Comme un si tristement bel exemple d'anorexie..

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives

 

Tu n'as pas grand chose à dire,

Tu ne peux donc que médire,

Et ta bêtise, c'est le pire,

Ne peut engendrer que des soupirs.

 

Qu'à cela ne tienne,

Il faut que tu reviennes,

A de meilleurs sentiments,

Vis à vis de toi même,évidemment.

 

Laisse donc de coté ces rancoeurs,

Qui tuent tout simplement ton bonheur,

Car je crois qu'il est l'heure ,

De redessiner ton coeur.

 

On peut,quelque soit l'age,

Enfin devenir sage,

En extirpant la rage,

Qui ne crée que des ravages.

 

Supprime de ton coeur,la haine,

Cette tâche,ne te sera pas vaine,

Elle ôtera ce que tu dis ta déveine,

T'amenant vers des rives plus sereines.

 

Tu te sentiras beaucoup mieux,

En cessant d'être envieux,

Des étoiles glisseront dans tes yeux,

Ton ciel devenant radieux.

 

Voyez donc par vous-même,

Que si vous changez d'emblème,

La course au bonheur suprême,

Deviendra facile,quand même.

Dominique des bois

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives

J'ne peut plus de souffrir

Pourquoi ne pas m'achever tout de suite?

A quoi bon vivre

Si de toute mannière on doit mourir

La vie a t'elle vraiment un sens?

Tous se posent la question

Ne trouvant jamai la réponse qu'ils pensent

Nous somment de simples pions

Des pionts noir et blanc

Les plus beau se pavanant comme des paon

Mais nous somment tous en gestation

Attendant que les grilles s'ouvrent

Chantant pour qu'il pleuve

Pour que nous voyons autre chause, sous un autre ton

On croit nous apprendre a survivre par l'argent

Mais on ne nous apprend rien sur les sentiments

Quand enfin on sra laché dans ce monde hostile

Revant d'un petit et tranquille île

Tant pis tant qu'on est entre ami !

Mais on finira tous par etre pris

A tous les oublier et peut etre les retrouver

Etre dans la routine et ne pas se rebeler

Suis-je condamnée à ça?

Je n'ai pas le droit de de dire "Je ne veut pas"

Sinon je n'aurais pas droit à mes heures de libertée condissionelle

Je e veut pas etre traitée comme tel !

Pourquo ne faisons nous rien?

Pour améliorer notre train train quotidien

On en rêve tous la nuit

Mais quand enfin on peut, on s'enfui

J'ai envie de dire "laisser tomber"

Parce que ce rêve ne sera jamais réalisé...