Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives
 

 

C’était une journée comme on en voit peu

Pas un nuage ne se profilait à l’horizon

Juste la mer, les mouettes et le ciel bleu

Pourtant ce n’était pas la belle saison

 

Au bout de la jetée dominait un phare

Comme surgissant des hautes vagues

Majestueux, tout blanc rayé de noir

Je le regarde et mon esprit divague

 

Aujourd’hui je le vois différemment

Je ne saurais vraiment dire pourquoi

Mais il est si haut dans le firmament

Qu’il arrive à me faire peur parfois

 

Dans le silence malgré les remous

Un grondement se laisse entendre

Ce n’est qu’un simple petit coucou

En un éclair je viens de comprendre

 

Il approche la queue en l’air, le nez en bas

Prenant pour cible le grand phare

Il semble mener un véritable combat

Dans le ciel devenu soudain blafard

 

Dans un dernier effort, une pirouette

Le fait d’un coup reprendre les airs

Je suis clouée au sol, stupéfaite

Quand dans un sursaut, il accélère

 

Le voilà qui s’éloigne à présent

Je le regarde tout abasourdie

Je le voyais déjà s’écrasant

Sur le pauvre phare et j’applaudis

 

Quand je reviendrai sur la jetée

Je ne pourrai m’empêcher de revoir

Ce petit coucou et son agilité

À épargner par bonheur le grand phare

 

 

 

Phare Oleron Po2me phare

Phare de Chassiron. Ile d'Oleron

Merci à Tom pour son aide

 

du même auteur...