Amitié

Poèmes sur l'amitié, les amis, être amis, le meilleur amis...

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives

Lily Anne, Etre ton papa

 

Quand t'es née je ne savais pas quoi faire,
Je me disais comment être un bon père ?
Quand t'as commencé à bouger et à frémir...
Je ne savais même pas comment te tenir,
T'étais toute petite mais criais comme une sirène de pompier !
T'étais toute petite à tenir dans ma main en entier...

Quelque chose m'a envahie, comme une explosion
Cela me remplissait... Quelle détonation !
Une explosion de joie et de chaleur...
C'était gros et doux... Mais oui ! C'était du bonheur...
Un amour infini et intense
Un amour pur et immense

Je ne savais pas ce que c'était être papa...
Personne ne m'avait dit comment faire ça !
J'avais tellement peur de pas être parfait...
Et j'ai commencé à faire tout ce que je pouvais...

A me battre avec les barba papas pour te faire rire...
Inventer des tours de magie pour te faire manger...
Me réveiller en sursaut quand ta respiration changeait,
Gambader et sauter dans les flaques,
Transformer les gares en circuits de jeux,
Suivre Winnie dans les rues de Paris,
Pourchasser le tigre qui s'était sauvé,
Emmener Bourriquet à l'hôpital se faire opérer,
Grimper sur les barrières et jouer au métro rigolo
Te regarder grandir...
Des milliers de souvenirs...

Et cela s'est fait comme ça
Cela s'est fait tout seul, toi et moi
Grace à toi je suis devenu un papa
Toujours être là
Etre là pour toi
Je veux juste être là pour toi...

 

Être ton papa.

 

Ton papa qui t'aime plus fort que le nombre d'étoiles dans le ciel

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives

J'ai révé de vous, mes amis

tout au long de cette douce nuit!

Sur la table toute nappée de bleu

régnait un agréable désordre joyeux

le café fumant, le thé brulant,

quelques miettes ici et là

les bouteilles à moitié vides

les verres à moitié pleins,

les mots fusaient,

les rires jaillissaient,

mais à bien vous regarder,

vous n'aviez pas de visage

sur le mien coulaient les larmes

et malgré cette douce nuit,

le reveil fut rude,

je n'ai pas d'amis.

 

 

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives

Je voudrais en ce jour vous montrer la beauté
D'un sourire éclatant qui a su me toucher,
De ces tendres yeux sombres qui posent sur ma vie
Un regard sans pareil, la douceur d'une amie.

Il me faut en ce jour vous parler d'une femme
Qui a pu se défaire des pièges de mon âme
Sans même le vouloir, juste par sa nature
Et puis m'ouvrir les portes de mon propre futur.

J'ai besoin en ce jour de décrire de mes mots
Cette folle amitié née d'un même crédo
En forme de récit, un espoir d'évasion
Une envie de s'enfuir, un besoin d'attention.

Il est temps en ce jour d'ouvrir enfin mon cœur
Et aller de l'avant faire taire toutes mes peurs
Oser par quelques vers exprimer une envie
Celle d'avoir la franchise d'enfin lui dire merci...

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives

"La vie c’est comme une boite de chocolats,

On ne sait jamais sur quoi on va tomber".

On ne sait pas qui partira

Et qui, avec nous, va rester.

Il y a des gens doux et sucrés,

D’autres qui laissent des souvenirs marqués

(Juste une couleur dans l’œil, un baiser) ;

Il y en a qu’on câline à travers un oreiller,

Certains qui n’ont fait que passer

Et dont le goût s’est dilué

Dans peu de larmes mais beaucoup d’années.

Les meilleurs ont un goût original

Qui nous surprend les premiers temps,

Ignorant parfois ce qu’ils valent,

Imperméables aux compliments ;

Puis on les chérit et y revenons

Pour partager rires et frissons,

Quand la vie est fade

Et les amours froides.

Si l’amour nous rend aveugles

Pour mieux nous faire tomber

(Vivre et souffrir amoureux),

L’Amitié nous tend la main

Pour mieux nous relever

(Ouvrir et revoir de nos yeux).

Pourquoi la limite est-elle si mince,

Aussi charmants que soient les Princes,

Entre les dragons de désirs qui les blessent

Et l’amitié qu’attendent d’eux les Princesses ?

L’Amour est merveilleux

Et il a juré notre fin,

Par les violons mielleux

Et les clichés Hollywoodiens ;

Mais tu auras toujours mon épaule, pour t’y reposer,

Aussi sûr que reviendront ces problèmes sans fin,

Je te le jure, nous chercherons, main dans la main,

Comment l’Amitié, à chaque fois, peut nous sauver ;

Comme dans une chanson, elle revient

Pour nous hanter, comme un refrain.

Etoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactivesEtoiles inactives

Demain quand la rosée du matin tombera

Je t'appellerai  alors que le jour s'ouvrira

Je t'appellerai comme chaque année

Pour te souhaiter une bonne et heureuse année

 

j'entends de loin les bruits de gouttelettes

Qui tombent sur les toits

J'entends de loin les bruits de gouttelettes

Qui rend l'air si froid

 

Tant de bruits pour m'annoncer l'arrivée du matin

Que cela m'empêche de dormir

J'attendrai demain j'attendrai le matin

Pour te parler de notre amitié à demain

 

On parlera de nos souvenirs

On parlera de nos différences

On parlera de notre avenir

On parlera de nos devenirs

On parlera de nos préférences

Mais on n'oubliera pas l'amitié qui nous unis

 

Si tu me disais

Que fais tu ce soir?

Je fais une fête

Je t'invite ce soir

Je mettrai ma plus belle robe

Celle que tu aimes la rose

Au nom de l'amitié

Je t'offrirai un beau présent

Pour te souhaiter une bonne et heureuse année

 

 

 

 

  • Tétanisante inertie
    28.05.2020 12:18
    procrastination ?
     
  • Larme...
    28.05.2020 12:17
    je pense que je voulais dire un truc spéciale... caché... intrigant :-)
     
  • Larme...
    28.05.2020 12:15
    bah en fait je ne sais même plus ce que voulais dire !! lol :-) en tous cas attristés prend ées :-)
     
  • Haïku doré
    26.09.2012 16:01
    Bon Jour, Ciel, Si je puis me permettre, en toute amitié: 5/7/5 Vaste champ d'épis - Mot de saison ...
     
  • Lettre par Aurore Dupin
    23.09.2012 10:27
    aurore Dupin est le vrai nom de George Sand, elle a envoyé cette lettre à Alfred de Musset... je vous ...